Jérôme Dumont, coauteur du best-seller La 25e Heure, nous raconte comment il a écrit ce livre et ce que cela lui a apporté. Jérôme Dumont est cofondateur et CEO de One More Thing Studio qui développe des applications mobiles.

Si vous êtes un fan d’optimisation de la productivité vous avez sans doute entendu parler de ce livre : La 25e Heure*. Il met à votre disposition une véritable boîte à outils pour booster votre productivité dans le travail, mais aussi dans votre vie quotidienne. L’objectif : vous libérer une heure par jour pour passer plus de bons moments en famille, avec vos amis et pour vos loisirs.

Combien avez-vous vendu d’exemplaires du livre ?

25 000 exemplaires dont 15 % d’ebooks et 85 % de livres papier. Une grande partie a été vendue sur Amazon, mais aussi par la Fnac que nous avons contactée nous-mêmes. Nous avons donc trouvé un imprimeur qui produit les livres que nous fournissons aux magasins Fnac. Nous sommes rentrés dans nos frais et nous avons même fait des bénéfices.

Quelles sont les retombées concrètes du livre ?

Notre cible est en fait beaucoup plus large que celle que nous avions envisagée au départ. Nous visions essentiellement les jeunes entrepreneurs et les cadres. Mais le livre plaît également beaucoup aux étudiants en école de commerce. Six mois après la publication du livre, nous avons commencé à recevoir des demandes d’entreprises pour faire des conférences et des interventions : Louis Vuitton, Air France, Total, Paypal, Peugeot, Deloitte ou encore Bacardi. À ce jour, nous avons déjà fait une quinzaine d’interventions. J’ai aussi fait de nombreuses interviews et podcast. Nous avons obtenu une dizaine de retombées presse, notamment dans Les Échos, Maddyness, My Little Paris, Les Échos Start.

Est-ce que vous pensez que le livre a eu un effet positif sur votre business ?

Oui clairement, l’impact est très positif. D’abord, avec les conférences et interventions, il a permis de générer des revenus que nous n’avions pas prévus. Mon entreprise développe des applications mobiles et certains prospects nous ont connus via le livre. Depuis un podcast sur Generation Do It Yourself qui eu un fort impact, je reçois de nombreux messages sur LinkedIn, de la part de prospects ou de futurs candidats qui veulent intégrer mon studio qui est géré comme une « entreprise libérée ». Le fait d’être auteur donne une autorité dans son métier. Le livre a clairement augmenté la reconnaissance personnelle et la reconnaissance de l’entreprise. Je l’offre parfois à des prospects et à des clients. J’ai également ajouté un message et un lien dans ma signature de mail : « Si tu veux gagner une heure par jour je t’invite à lire la 25e Heure » J’ai pu convertir plus de prospects en clients grâce à ce livre. Je suis certain que si je n’avais pas écrit le livre, je n’aurais pas autant de clients aujourd’hui.

Qui a eu l’idée d’écrire ce livre ?

Guillaume, Bao et moi nous connaissons depuis une dizaine d’années et l’un de nos points communs est d’être passionnés par la productivité. Nous adorons parler de cela et nous avons l’habitude de partager des outils de productivité pour gagner du temps dans notre travail mais aussi tout simplement dans notre vie quotidienne. Un jour, nous nous sommes demandé : « Et si on montait un business ensemble autour de ce sujet commun, qu’est-ce que cela pourrait être ? Idéalement, un business de revenu passif qui nous permet de ne rien faire tout en gagnant de l’argent. » Guillaume a suggéré que l’on écrive un ebook et qu’on le présente en ligne sur une plateforme d’autoédition. Nous sommes de vrais geeks, mais nous nous sommes quand même dit que nous étions bien peu légitimes pour donner des leçons de productivité aux autres. Pour avoir plus de crédibilité, nous avons donc décidé de consulter des startuppers.

Comment avez-vous écrit votre livre ?

Nous avons envoyé un mail à tous nos contacts pour qu’ils nous révèlent leurs trucs et astuces en matière de productivité. Un mois plus tard, nous avons passé tous les trois un week-end en Normandie dans la maison de vacances de mes parents pour travailler sur notre livre. Pendant le trajet en voiture nous avons d’abord lu les mails de réponse des startuppers. À partir de cela, nous avons pu structurer un plan en trois parties : organisation, concentration, accélération et nous avons décidé d’en écrire chacun une. Nous avons d’abord fait un brainstorming ensemble sur chaque partie avant de nous mettre à la rédaction. À la fin du week-end nous avions fini de rédiger un premier jet du livre. Nous l’avons fait relire à des amis pour obtenir des retours critiques et constructifs. Guillaume, qui a la plus belle plume, a ensuite écrit l’introduction et la conclusion et a harmonisé l’ensemble du texte.

Comment avez-vous conçu le livre avant de le mettre en ligne sur la plateforme KDP d’Amazon ?

Nous avons travaillé avec un maquettiste free lance qui a l’habitude de faire des maquettes de livres. Quant à la couverture, elle a été réalisée par une personne qui travaille dans mon studio. Après avoir fini le ebook, nous avons choisi de proposer également le livre papier en impression à la demande. La première version a été publiée en novembre 2017. Et avant de le traduire en anglais, nous avons décidé d’écrire une nouvelle version augmentée des témoignages de startuppers américains que nous avons publiée en juin 2018.

Comment avez-vous géré la promotion ?

Quand on finit d’écrire un livre on peut penser que l’on a fini le travail mais en réalité, ça commence seulement. Pour mettre toutes les chances de notre côté, nous avons mis en œuvre des méthodes de marketing online. Par exemple, en amont nous avons testé le titre et le sous-titre du livre avec la méthode de l’AB testing. Nous avons fait des annonces Google Adwords avec des titres et des sous-titres différents qui renvoyaient sur une page temporaire du site. L’objectif était de voir lesquels généraient le plus de clics. Nous avons créé le site La 25e Heure sur lequel nous proposons le premier chapitre en téléchargement gratuit. Les lecteurs laissent leur adresse email et nous leur envoyons un message automatique dix jours plus tard pour leur proposer d’acheter le livre sur Amazon. Après leur achat, nous leur adressons un nouveau message pour leur suggérer de laisser un commentaire sur le site d’Amazon si le livre leur a plu. Cela a généré de nombreux commentaires 4 ou 5 étoiles et a permis de booster le livre. Nous avons également étudié le fonctionnement d’Amazon pour classer notre livre dans des catégories et sous-catégories moins recherchées. Quand il arrive dans les meilleurs de ventes, il devient alors plus visible. Nous avons aussi utilisé le programme KDP Select et fait une version Audible qui fonctionne très bien, car les entrepreneurs aiment bien les podcasts.

Quel conseil donnez-vous à ceux qui ont envie d’écrire leur livre professionnel ?

Lancez-vous ! Le plus dur, c’est de commencer. Et autoéditez-vous, c’est plus simple. Dès que les ventes ont passé la barre des 3000 ou 4000 ventes sur Amazon nous avons été contactés par des éditeurs : Pearson, Dunod, Eyrolles, Hachette. Mais nous avons préféré rester libres et autonomes. Nous pourrons ainsi faire de nouvelles versions et mettre le livre à jour quand nous le souhaiterons.

*La 25e Heure, Les secrets de productivité des startuppers qui cartonnent, Guillaume Declair, Bao Dinh, Jérôme Dumont

« Si je n’avais pas écrit ce livre, je n’aurais pas autant de clients aujourd’hui »