Grégoire Jeanmonod est conférencier et fondateur de 47ème rue qui met l’art et ses histoires au service de l’entreprise. Auteur du livre Leçons d’artistes, il nous parle de ce que ce livre apporte à son activité.

 

Quand avez-vous décidé d’écrire votre livre leçons d’artistes ?

En 2011, alors que j’étais journaliste en presse écrite notamment pour Arts Magazine, j’ai publié un premier livre 10 tableaux et leur époque dans une maison d’édition confidentielle. En 2014, j’ai commencé à faire des conférences pour m’adresser au monde de l’entreprise en essayant de faire des liens entre ce qu’ont vécu les grands artistes et la vie en entreprises. J’explore la façon dont on peut s’inspirer des artistes, pour être plus créatifs, à l’écoute des uns et des autres et mieux travailler ensemble. Après avoir commencé les conférences j’ai eu envie de renouer avec l’écriture et de publier un ouvrage qui s’adresse plus au grand public. À la suite d’une conférence que j’ai donnée pour le groupe Hachette, j’ai été contacté par les éditions Marabout qui m’ont demandé d’écrire ce livre. Il représente la transposition éditoriale de ce que je propose en conférence.

 

Quel a été l’impact de votre livre sur votre activité ?

Il a malheureusement été publié en février 2020, trois semaines avant le premier confinement… Je n’ai pas eu beaucoup de retombées presse, à part une interview sur France Info et quelques participations à des podcasts. Il n’a jamais été question pour moi de gagner de l’argent avec ce livre. Il me permet surtout de gagner en visibilité. Mon objectif était de créer une synergie en permettant à mes conférences de faire connaître mon livre et au livre de faire connaître les conférences. Ainsi, Expectra, une entreprise d’intérim, en a acheté 5000 exemplaires pour offrir à ses clients et j’ai réalisé une conférence à la suite. Mais les retombées économiques du livre sont difficilement quantifiables. Aujourd’hui, j’utilise mon livre comme une carte de visite de luxe, je l’offre notamment à mes prospects. Cela leur permet de comprendre facilement la démarche de mes conférences, comment je peux faire le lien entre les artistes et leur entreprise.

 

Quel conseil donneriez-vous aux professionnels qui souhaitent écrire leur livre ?

J’ai lu de nombreux livres professionnels et j’avoue que je préfère ceux des auteurs américains qui sont extrêmement vivants, limpides et parfois même, drôles. En France, nous avons une culture plus académique, ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi… mais ça ne nous encourage pas à adopter ce ton. Mon conseil aux auteurs serait donc de s’inspirer de la littérature anglo-saxonne pour adopter une écriture plus dynamique, plus personnelle, plus imagée avec plus d’anecdotes, des exemples concrets et des témoignages.

Grégoire Jeanmonod, Leçons d’artistes, Marabout, 2020

 

« Mon livre est une carte de visite de luxe »