Comment faut-il écrire un livre ? Quel style d’écriture doit-on adopter ? C’est la question que se posent tous les auteurs de livres professionnels. Les éditeurs demandent un style dynamique et direct qui accroche le lecteur. Voici 5 conseils qui devraient vous aider.

 

Simplifiez la structure

Dans un livre professionnel, il faut faire simple. Le lecteur lit votre livre pour apprendre des choses et à la suite, il doit parfois passer à la pratique. Il n’est pas là pour se distraire comme s’il lisait un roman. En tant qu’auteur, votre mission est donc de rendre votre livre accessible et sa lecture facile. Vous pouvez emprunter les règles de l’écriture journalistique :
Un chapitre = un sujet
Un paragraphe = un sous-sujet
Une phrase = une idée
Une phrase = 12 mots (environ)
Il existe une technique simple pour vérifier que votre texte est bien fluide : lisez-le à haute voix. Si vous devez reprendre votre souffle au milieu d’une phrase, c’est qu’elle est trop longue. Coupez-la en deux (ou trois). Surtout, n’essayez pas d’adopter un style trop littéraire : vous écrivez un livre professionnel, pas un roman !

Adaptez le vocabulaire

Le choix du vocabulaire dépend de votre cible. Si vous êtes neuroscientifique et que votre livre s’adresse à vos pairs, vous utiliserez un vocabulaire scientifique spécifique. Mais si votre livre cible le grand public avec comme objectif, de vulgariser un concept, vous devez simplifier votre vocabulaire. Si certains mots n’ont pas d’équivalents ou ne peuvent être remplacés par une périphrase, vous pouvez proposer leur définition en note de bas de page. Mais faites attention à ne pas trop en utiliser, car le lecteur risque de perdre le fil de sa lecture s’il doit à chaque fois regarder les notes de bas de pages (ou cliquer sur un lien quand il lit un ebook) pour comprendre une phrase. Vous pouvez également proposer un lexique, mais là encore, cela implique des allers et retours qui peuvent décourager le lecteur. Un des meilleurs exemples de livre de vulgarisation scientifique est celui de la doctorante en médecine allemande Giulia Enders, Le charme discret de l’intestin (éd. Actes Sud, 2015). Depuis sa publication et son immense succès, il ne cesse d’être copié, autant sur le thème médical que le style d’écriture.

Évitez les lieux communs

« De tout temps, les êtres humains… » Ce genre d’expressions introductives n’apportent absolument rien à votre discours. Chaque phrase de votre livre doit se justifier. Elle doit apporter une nouvelle information au lecteur. Si ce n’est pas le cas, si une phrase répète différemment ce que vous avez déjà expliqué plus haut, supprimez-la.

Trouvez des études

Pour appuyer votre discours, rien de tel qu’une étude ou une enquête présentant des chiffres. Il en existe à peu près sur tout. Mais attention, vous devez vous assurer de l’authenticité de cette étude ou enquête. Avant de la citer dans votre livre, vérifiez bien la source. Pour chaque étude que vous citez, précisez son titre, le nom de l’auteur (individu ou organisme) et la date. Toutes ces informations seront placées en notes de bas de pages ou à la fin de votre livre dans une bibliographie.

Adressez-vous à votre lecteur

Vous pouvez vous adresser à votre lecteur si vous apportez des solutions à son problème ou une réponse à ses questions. C’est une manière de lui signifier que vous le prenez en considération, que vous avez bien écrit ce livre pour lui. Votre lecteur se sentira plus proche de vous et pourra facilement se projeter si vous lui conseillez de mettre en œuvre certaines actions. Le vouvoiement est le plus souvent adopté, mais la question du tutoiement se pose malgré tout. Elle dépend essentiellement du thème principal de votre livre. Par exemple, les coachs sportifs ont souvent l’habitude de tutoyer leur lecteur pour se montrer très proche de lui et l’accompagner virtuellement dans l’effort. À vous de voir si vous êtes aussi proche que cela de votre cible.

Améliorez votre style d’écriture